Nouveau système de réservation cantine – accueil de loisirs : défaillant et absurde !

Le système de réservation de la cantine/accueil de loisir qui a été mis en place par la mairie de Villejuif depuis la rentrée 2018 connait de multiples dysfonctionnements.

​Des absences avec certificat médical ne sont pas décomptées des factures du mois. Lorsqu’on se déplace en mairie, les agents municipaux n’ont pas la possibilité de revenir sur une ancienne facture. Conséquence : ils sont épuisés : beaucoup de monde attend en salle d’attente et le nombre de réclamations ne cesse d’augmenter.

En cas d’absence de professeur, inutile de se rendre en mairie : pour annuler la réservation de la cantine et de l’accueil de loisirs, il faut une attestation de l’école justifiant l’absence de l’enseignant ! Il faut alors faire revenir faire une heure de queue la semaine suivante pour tenter de faire valoir un remboursement en espérant un remboursement sur la facture du mois suivant.

Votre jeune enfant tombe malade dans la nuit ? La décision de ne pas le mettre à l’école maternelle se prend au lever, le matin. La modification d’une réservation le matin même n’est pas possible, il faut payer les frais de cantine et d’accueil de loisirs. 

Au vu des difficultés financières de beaucoup de nos concitoyens, le système de réservation de la mairie de Villejuif est intolérable. Les agents municipaux, étant donné l’ampleur des mécontentements qu’ils doivent traiter, subissent une forte pression et une souffrance non dissimulée dans l’exercice de leur fonction.

Et pourtant, d’autres solutions informatiques sont possibles. Les lycéens eux aussi doivent réserver leurs repas à la cantine via une plateforme sur internet, mais ils peuvent modifier leurs réservations jusqu’à 9h le matin même. 

Si cette solution est possible au niveau régional pour la gestion des repas des lycéens, il est inconcevable que ce ne soit pas mis en place au niveau municipal, concernant en plus des jeunes enfants (primaire, mais aussi maternelle !), qui sont plus souvent malades que leurs ainés.