Transports au quotidien : 7 mois sans bus pour 3000 usagers !

Par Kevin PARRA.

Depuis fin août 2018 – non vous ne rêvez pas, le bus 131 ne dessert plus quatre de ses arrêts (Chastenet de Géry, les Coquettes, Ambroise Croizat, Place du 8 mai 1945), soit une portion de plus de deux kilomètres. La cause ? Les usagers ont dû remuer ciel et terre pour la connaître précisément : un risque d’affaissement de la chaussée sans précision ni sur la nature des travaux à conduire, ni sur leur durée.

Plus que trois semaines à patienter pour que, enfin, une navette de remplacement soit mise en service 

En attendant, la seule solution proposée, pour des quartiers excentrés et donc mal desservis, a été de déplacer les arrêts à plusieurs centaines de mètres de leur origine, accroissant d’autant un temps de transport déjà important ou empêchant les déplacements pour les personnes à mobilité réduite.

Pour ce qui est des travaux de rénovation de la chaussée, les informations sont rares. Des sondages devaient être effectués il y a quelques mois afin de déterminer la nature des travaux à mener. Le chantier serait « très complexe » et la durée encore difficile à déterminer. Circulez y’a rien à voir !

Sous la pression des habitants, Ile de France Mobilités, le Conseil Régional et le Territoire ont enfin consenti, après 7mois d’attentisme, à mettre en service une navette de substitution qui desservira tous les quarts d’heure en période pointe les secteurs touchés. Nous serons attentifs à sa bonne mise en œuvre.

Les quartiers sur l’axe Chastenet de Géry -Marcel Grosmenil-Verdun, Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV) pour certains, n’ont malheureusement pas été étonnés du traitement qu’il leur a été réservé. La dégradation des transports, en particulier du bus mais également du métro, est une constante depuis plusieurs années.

Si, année après année, de multiples rapports de nos Assemblées, Ministères et autres Cour des Comptes rappellent, à juste titre, que le désenclavement des QPV est fondamental pour leur bon développement, les acteurs locaux ne mettent que très peu d’outils en place pour le mettre en œuvre et contrôler sa qualité.

C’est pourquoi, nous souhaitons que le suivi du désenclavement devienne une des priorités des questions de Transport à Villejuif en mobilisant tous les acteurs en présence (Ile de France Mobilités, RATP, Conseil Régional et Territoire) pour, enfin, obtenir un service de qualité pour les quartiers éloignés de la Nationale 7. Le contrôle serait d’autant plus simple que la RATP possède toutes les données de fréquence et de parcours des bus et métros ; il suffirait donc qu’elle les partage auprès des acteurs locaux (comme beaucoup de pays européens le font depuis plusieurs années) pour que ceux-ci s’assurent que la qualité du service est bien au rendez-vous.