Les Villejuifois doivent reprendre la main sur le développement de leur ville

Savez-vous que la population de Villejuif diminue ? ça a l’air d’une blague, et pourtant les derniers chiffres de l’Insee, publiés le 27 décembre, sont formels : Villejuif est l’une des rares villes du Val-de-Marne dont la population a diminué entre 2015 et 2016 : nous étions 56660 habitants en 2015, nous sommes 865 habitants de moins en 2016.

Ces chiffres vont à contresens des années précédentes, et surtout de notre intuition quand on voit le nombre de grues qui hérissent Villejuif. Ils doivent interroger notre regard sur notre ville, pour mieux nous amener à agir pour la ville que nous voulons.

Accueillir de nouveaux arrivants est une chance pour la ville. Cette dynamique, c’est davantage d’animation, des enfants dans nos écoles, la perspective d’avoir des commerces, des services, une vie culturelle et associative qui se développent. Mais, et ce à quoi les chiffres de la baisse de population doivent nous amener à réfléchir, si ce n’est pas maitrisé c’est aussi la difficulté pour les revenus moyens de continuer à habiter à Villejuif quand la famille s’agrandit par exemple, ou de s’installer pour de jeunes couples. En 2016, ceux qui sont partis ont été plus nombreux que ceux qui sont arrivés. Sont-ils partis volontairement, ou bien ont-ils été repoussés plus loin de Paris par la hausse des prix des logements et des loyers ?

Ce que nous proposons, à Réinventons Villejuif, c’est que les citoyens de notre ville reprennent la main sur son développement. Aujourd’hui, où sont les lieux où l’on peut débattre de l’ensemble des projets qui vont transformer notre ville comme jamais depuis un siècle ? Pas le conseil municipal, le maire a décidé de ne plus y présenter les permis de construire. Pas dans les réunions publiques, elles sont éparpillées façon puzzle. Il y a bien enfin une maison des projets pour la rénovation urbaine dans les quartiers sud : sa création est la stricte application de la loi, mais les horaires la rendent inaccessible à ceux qui travaillent.

Je propose la création d’une maison des projets pour l’ensemble de Villejuif, ouverte aux horaires qui permettent de toucher la population, y compris en soirée pour des débats avec des urbanistes, des architectes, des promoteurs… Et qu’on ne vienne pas dire que ça coute cher : je suis sûr que, comme ça se fait ailleurs, des permanences pourraient être assurées par des étudiants en architecture, en sociologie urbaine, que des maquettes numériques pourraient être faites par les étudiants en école d’informatique, que des bénévoles pourraient se mobiliser. Quant aux locaux, ne trouvez-vous pas qu’il y a trop de pieds d’immeubles vacants depuis trop longtemps en plein cœur de ville ?

Ce que nous voulons aussi mettre en débat, c’est le rôle de la ville dans la maitrise des différents types d’habitat. Aujourd’hui, le déséquilibre est devenu trop grand en faveur du logement privé, dont les prix s’envolent. Or une ville, même quand elle fait partie d’un ensemble plus vaste, peut être maitresse des équilibres et des rythmes. Elle peut œuvrer pour développer du locatif à loyer intermédiaire entre le logement social et le marché, elle peut encourager l’accession sociale à la propriété. Elle peut surtout développer un habitat à loyer modéré (c’est ce que signifie HLM !) dans toute sa diversité urbaine (petits immeubles bien insérés) et sociale. Le logement HLM s’adresse potentiellement à une grande majorité de ménages, et pas seulement les plus modestes : vous avez droit à un logement HLM jusqu’à 2 Smic si vous êtes célibataire, 3,5 Smic un jeune couple sans enfants, 4,5 Smic un couple avec deux enfants. Nous proposons de lancer un débat sur les équilibres que nous voulons entre différentes catégories de logements pour engager avec nos voisins une révision du plan d’urbanisme (PLU) et du programme d’habitat (PLH).

Enfin, nous demandons également un vrai débat sur l’avenir de notre office HLM. Il doit se moderniser, c’est sûr, et pour cela se regrouper. Mais, alors que les HLM de Villejuif appartiennent déjà pour deux tiers à des sociétés HLM privées qui n’ont pas leur siège à Villejuif, les citoyens de Villejuif ne doivent pas perdre la main sur ce qui est leur patrimoine commun.

Equilibre et maitrise par les citoyens : on en revient toujours là.

Alain Weber