Alain Weber

Je suis arrivé à Villejuif fin 2011, un peu par hasard, comme beaucoup de Villejuifois. Je suis tombé amoureux de cette ville et rapidement, avec ma femme, nous avons choisi d’y rester. Nous avons plaisir à y accueillir nos quatre enfants dispersés en France et à l’étranger.

J’ai tout de suite eu envie de m’engager dans la vie associative, certains ont pu me croiser à la tenue de stands au forum des associations, au festival du livre jeunesse organisé par les amis de la librairie Points commun ou lorsque le théâtre Romain Rolland ont fait appel aux bénévoles pour l’organisation du premier festival de théâtre de rue.

Je me suis toujours intéressé à l’amélioration de la vie en ville, et notamment au logement. J’en ai fait mon métier après mes études en rentrant au ministère du logement comme jeune administrateur civil en 1984. J’aime ce qui est concret et permet d’améliorer la vie des gens. J’ai beaucoup appris des villes où j’ai vécu et travaillé : le rapport à l’environnement à Clermont-Ferrand, le rôle moteur de la culture à Nantes, l’importance d’espaces publics de qualité à Lyon, la nécessité d’un engagement municipal fort en direction des quartiers populaires à Paris. Je m’efforce maintenant de faire bénéficier le ministère du logement de cette expertise.

Avant d’arriver à Villejuif, je ne m’étais jamais engagé en politique. Une vie familiale et professionnelle bien remplie, des loisirs actifs, entre course à pied, apprentissage de la langue chinoise, abonnement au théâtre…

Si, aujourd’hui, j’ai décidé de m’engager plus fortement, c’est que beaucoup de Villejuifois m’ont convaincu que, au-delà d’un engagement partisan, je pouvais être utile pour mobiliser les énergies pour une ville plus innovante, mieux équilibrée entre dynamisme et qualité de vie, entre centre-ville et quartiers, dans des rapports humains apaisés.

La pratique de la course de fond me sera certainement utile !


Alain Weber : Faire de Villejuif une ville qui nous ressemble