Villejuif capitale du soin et de la santé pour tous

La santé vient de se rappeler à nous comme un bien essentiel de l’humanité. Or Villejuif est de très longue date une ville de la santé et du soin. Son nom est aujourd’hui connu dans le monde entier grâce au rayonnement international de l’Institut Gustave Roussy. Les deux hôpitaux plus anciens Paul Brousse et Paul Guiraud témoignent eux aussi de la forte présence d’un secteur hospitalier de pointe. Pourtant, la ville pourrait certainement tirer un meilleur parti de cette caractéristique, sans doute unique en France, et devenir une capitale du soin et de la santé pour tous.

Certes, Campus grand parc, lancé au début des années 2000 avec le département 94, les communes voisines et l’appui du conseil de développement 94, a commencé à marquer une véritable prise en compte du potentiel recelé par l’IGR comme pôle sciences et santé ; mais les dernières années ont marqué un net recul avec notamment l’abandon de l’implantation d’une faculté de pharmacie et, en conséquence, du projet « inventons la métropole du Grand Paris ». La nouvelle municipalité devra relancer la dynamique du projet en relation avec l’IGR. Ce sera d’autant plus crucial que le prochain mandat verra la réalisation de la station du grand Paris express au carrefour des lignes 14 et 15, et qu’il tombe sous le sens qu’il s’agit d’un emplacement d’exception pour y développer des activités d’exception dans le domaine de la santé (ce serait un contresens de se contenter d’en faire un quartier dortoir) en veillant naturellement à développer les qualités environnementales du parc des Hautes-Bruyères.

Villejuif doit aussi développer la santé pour tous. Savez-vous que Villejuif fait aujourd’hui partie des zones repérées par l’Etat et l’Agence régionale de santé comme une zone particulière caractérisée par une offre de soins insuffisante (dites zones d’intervention prioritaire) ? Avec l’appui de tous les pouvoirs publics concernés, la prochaine municipalité devra s’engager dans un ambitieux plan de rattrapage associant médecine libérale (lutter contre la désertification médicale grâce notamment au lancement de maisons de santé), médico-social (encourager la création de maisons de retraite de toute nature), équipements municipaux (investir dans le centre Rouquès, le SAMI) et mieux mobiliser les trois grands hôpitaux et les autres équipements médicaux et médico-sociaux.

Mais deux domaines méritent d’être tout particulièrement explorés. Le premier est celui de la mise en valeur de la qualité environnementale des espaces verts des deux grands hôpitaux pavillonnaires. Villejuif vu d’avion est une ville verte, mais elle l’ignore car Paul Brousse et Paul Guiraud forment deux enclavent inaccessibles aux citoyens ordinaires. Ne serait-il pas possible, sous condition de respect de strictes conditions sanitaires, de les ouvrir davantage ? Cela peut paraître utopique, mais Paul Brousse a déjà organisé des journées portes ouvertes. Le jeu en vaut la chandelle, la discussion mérite d’être engagée avec les établissements hospitaliers.

Enfin il y a un domaine qui pourrait conforter une démarche Villejuif capitale du soin et de la santé pour tous : celui de la culture. Trop peu savent que Villejuif a été peint plusieurs fois par Maurice Utrillo parce que celui-ci était interné à Paul Guiraud ou que Komitas, rénovateur de la musique arménienne, est mort dans ce même hôpital. Plus récemment, des films ont été tournés dans les hôpitaux de Villejuif, comme « La guerre est déclarée » de Valérie Donzelli à l’IGR. Alors que notre ville n’est pas suffisamment reconnue sur le plan de la culture alors qu’elle regorge de talents artistiques, pourquoi ne pas créer un festival de films de santé ?